Le clitoris, ce cher inconnu

genre: documentaire (interdit aux – 16 ans)
Année: 2009
durée: une heure

synopsis: On croyait presque tout connaître de l’anatomie féminine. Or, elle recèle encore bien des surprises. Avec humour et sobriété, ce documentaire nous dévoile l’énigme du plaisir féminin.

Aujourd’hui, Sexologues.Com vous propose un article un peu différent. En effet, le billet du jour est un documentaire diffusé sur la chaîne Arté en 2009. En l’occurrence, ce documentaire porte sur un sujet ou plutôt sur une partie de l’anatomie féminine, donc le clitoris.
Le clitoris mesure 8 à 10 centimètres de long et de 3 à 6 centimètres de large. Et il ne ressemble ni à un petit pois, ni à un bouton, mais plutôt à une poire. Les femmes ne seraient pas anorgasmiques mais pré-orgasmiques, suggérant qu’elles n’ont pas encore trouvé la clé de leurs orgasmes.

Voilà ce que nous apprend ce documentaire, traité avec humour. Le clitoris est composé de quatre terminaisons nerveuses de chaque côté.
Il s’agit d’un tissu très sensible. C’est aussi une zone qui sert uniquement au plaisir. Pourtant, le clitoris est le grand oublié de la médecine. Pendant plus de 200 ans, on a oublié de parler de cet organe. En vérité, cela traduit surtout un certain malaise de la part de la médecine. Ceci s’explique par certains courants de pensée qui voient en la sexualité un sujet tabou.

Autre élément important, la femme sera longtemps considérée comme un être primaire et inférieur. De ce fait, on attribuera peu d’importance au clitoris. Ou alors quand la science s’y intéresse, c’est surtout pour porter des jugements de valeur fantaisistes, laissant place parfois à certains fantasmes dangereux, comme celui de l’excision. Par exemple, au Moyen-Age, au moment de la chasse aux sorcières, un grand vagin est considéré comme le signe d’une appartenance diabolique.
C’est à partir de là qu’on excisera des femmes. Et malheureusement, certaines méthodes resteront dans les esprits.

De ce fait, certaines femmes seront mutilées. Même si tout le monde ne prône pas forcément l’excision, d’autres personnes (notamment Freud) évoqueront des cas d’hystérie en rapport direct avec le clitoris et le vagin. En vérité, derrière toutes ces pratiques et façons de penser, il faut surtout y voir une peur et une façon de rejeter la sexualité. Heureusement, la vision de la femme a bien changé.
Le sexe est moins entouré de tabous aujourd’hui. De ce fait, le clitoris a pu trouver la place qu’il méritait dans les manuels de médecine. Ainsi, dans ce documentaire, on débat autour de l’existence du point G. Selon certains, ce fameux point G devrait se trouver au bord de l’urètre.

Toutefois, aucune étude pointue (sans faire de mauvais jeu de mot…) n’a permis de découvrir l’existence d’un tel point au niveau anatomique. Le plus important à retenir de ce documentaire passionnant ? Il faut voir le plaisir sexuel comme une part importante de la vie. Les êtres humains sont des êtres sexués. Rejeter le sexe c’est finalement rejeter une partie de soi-même.
Le sexe, le plaisir et le fantasme font donc partie de ce que nous sommes. Toutefois, encore aujourd’hui, il existe encore un manque de connaissances autour de la sexualité.

Djamel Benouis et Olivier Walmacq

(183)

About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *