« Les Misérables » : le cri d’alarme – C à Vous

De parents d’origine malienne, Ladj Ly grandit à Montfermeil dans le quartier des Bosquets. Passionné de vidéo, il suit une formation multimédia et tourne ses premiers films dans son quartier avec ses amis Kim Chapiron, Romain Gavras, JR, issus du collectif Kourtrajmé2.

Il réalise ses premières vidéos, notamment pour Oxmo Puccino, et ses premiers documentaires, 365 jours à Clichy-Montfermeil, tourné après des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises, Go Fast Connexion, 365 jours au Mali. Il filme également des cop watchs lors d’arrestations violentes.

En 2009, Ladj Ly est impliqué dans une affaire de menaces avec des amis, ce qui lui vaut en une condamnation à une peine de prison3. Il est aussi condamné en 2011 et 2012 pour outrage à agent public et des violences contre l’homme politique Xavier Lemoine4.

Les violences policières filmées inspirent à Ladj Ly le court-métrage Les Misérables : un policier de la BAC de Montfermeil dont la première intervention dérape, sous l’œil d’une caméra5. Le film reçoit de nombreuses récompenses notamment au festival international du court métrage de Clermont-Ferrand et une nomination au César du meilleur court métrage en 2018. Toujours en 2018, il est nommé pour le César du meilleur documentaire avec À voix haute : La Force de la parole, co-réalisé avec Stéphane de Freitas, et qui traite du concours d’éloquence Eloquentia6,7,8.

En 2018, Ladj Ly crée à Montfermeil une école gratuite des métiers du cinéma au sein des Ateliers Médicis, l’école Kourtrajmé9.

(10)

About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>