Chamanisme, Transe et Neurosciences — Corine Sombrun

Au travers des livres de Corine Sombrun, nous retraçons les différentes étapes de son extraordinaire vie. Corine a rencontré la transe de manière inattendue, et elle fait depuis un travail exceptionnel auprès de neuroscientifiques pour comprendre cette faculté humaine méconnue en occident.

Mon site : https://www.fabricemidal.com/​
Facebook : https://www.facebook.com/fabricemidal​
Instagram : https://www.instagram.com/fabricemidal/​

Les livres dont nous parlons :

Journal d’une apprentie chamane
 » Ça y est. Je pars demain pour l’Amazonie. Je veux te retrouver. C’est tout.  » Voilà le journal de bord d’une jeune femme, musicienne à Londres qui, sous le coup d’un deuil inconsolable, décide de suivre l’enseignement d’un chamane péruvien. Au travers de ses aventures aussi drôles qu’émouvantes, Corine Sombrun nous conduit sur la piste d’un rendez-vous hors du temps qui doit l’amener à retrouver cet amour plus fort que la mort.

Mon initiation chez les chamanes
Après la découverte de l’Amazonie, racontée dans Journal d’une apprentie chamane, Corine Sombrun part pour la Mongolie, guidée par un rêve étrange. Là, elle apprend avec stupéfaction qu’elle possède des aptitudes au chamanisme. Elle témoigne ici de l’extraordinaire initiation, inédite pour une Occidentale, dont elle a bénéficié.
Adoptée par la famille d’Enkhetuya, la chamane chargée de lui enseigner son art, elle doit d’abord s’acclimater à la rude vie des Tsaatans avant de parvenir à communiquer avec les esprits. Pendant deux ans, Corine Sombrun va suivre son propre chemin initiatique, à la rencontre d’une culture, d’elle-même et, par-delà les limites de la perception, de l’être aimé et disparu, dont le deuil traverse ce récit fascinant.

Les tribulations d’une chamane à Paris
Après trois ans d’initiation en Mongolie, Corine Sombrun poursuit son apprentissage des rituels chamaniques à Paris. Provoquant tout d’abord l’incrédulité de ses proches, avant de se voir assaillie de demandes en tous genres. Déstabilisée, elle s’interroge sur la nature de ses nouvelles facultés et sur ses responsabilités face à des espoirs parfois démesurés.

Sur les pas de Geronimo
Combattant légendaire, Geronimo (1829-1909) fut l’un des derniers chefs indiens à déposer les armes après avoir tenu en échec près de la moitié de l’armée des États-Unis. Malgré les promesses qui lui ont été faites, il ne reverra jamais sa terre natale de l’Arizona : les restes du vieux guerrier Chiricahua seront ensevelis dans le cimetière militaire de Fort Sill, en Oklahoma. Aujourd’hui, Harlyn Geronimo, son arrièrepetit- fils, engagé dans la défense et les droits de son peuple, continue de se battre pour honorer la mémoire de son aïeul et pour que soit réalisé son ultime souhait.
Né de la rencontre entre une Française, Corine Sombrun, et Harlyn Geronimo, ce livre présente le portrait croisé du héros indien et de son descendant. Au fil d’un dialogue passionnant, où se mêlent le récit intime et le portrait d’un peuple de légende, les auteurs évoquent la « mémoire apache » mais aussi les défis auxquels cette communauté doit faire face de nos jours.

Les Esprits de la steppe
Dans ce passionnant récit, Corine Sombrun qui a été initié au chamanisme en Mongolie, retrace la vie de ceux qui l’ont accueillie et formée. Ce  » peuple des rennes  » a perpétué jusqu’au milieu du XXe siècle un mode de vie nomade remontant à l’âge du bronze. Malheureusement sédentarisé en 1957 par le gouvernement de la République populaire de Mongolie, ses rennes sont devenus la propriété de l’État et des quotas de productivité ont été imposés, détruisant un équilibre millénaire. Devant la catastrophe de cette situation, les rennes ont été restitués aux Tsaatans. Mais la mondialisation est en train de détruire leur mode de vie.

(15)

About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>